Concert du 14 juillet

/// Le quatuor Schumann

Erik et Ken Schumann (violons) Lisa Randalu (alto), Mark Schumann (violoncelle).

Le quatuor, c’est une conversation à quatre musiciens. Nul mieux que le quatuor Schumann  ne maitrise  cet art de la conversation. C’est en mai 2013 à Bordeaux, que nous l’avons découvert lors du 7ème concours international qui voit se confronter les meilleurs jeunes quatuors venus du monde entier. Ils y ont obtenu le premier prix après  auparavant avoir remporté les concours d’Osaka au Japon et de Graz en Autriche. 

Depuis 2016 ils sont en résidence à la société de musique de chambre du Lincoln Center à New York. Leurs multiples enregistrements ont obtenu de nombreuses récompenses et la presse les considère comme l’un des meilleurs quatuors européens.

 

Mendelssohn (1809-1847)
Quatuor Op 12 en  mi bémol majeur

Comme Mozart et Schumann Mendelssohn a eu le redoutable privilège d’avoir été un enfant prodige et à 15 ans compose ave l’Octuor l’un des ses chefs d’œuvre. Le quatuor Op 12, commencé à Berlin et achevé à Londres en 1829, d’une écriture très classique est largement inspiré par Beethoven. 

Quatre mouvements :
– Adagio non troppo
– Canzonetta, allegretto
– Andante expressivo
– Finale , molto allegro e vivace

  

Janacek (1854-1928) £

2ème quatuor,  Lettres intimes 

Instituteur à Brno, Janacek ne vient vraiment à la musique qu’à partir de 1880, avec plusieurs opéras et à partir de 1908 il privilégie la musique de chambre. 1917 marque une rupture car toute sa musique  sera écrite en référence à  Kamila Stosslova, de trente huit ans sa cadette, pour laquelle il brulera d’une intense passion jusqu’à son dernier souffle en 1928. Près de mille lettres   témoignent de cet amour partagé mais purement spirituel ! Son deuxième quatuor, écrit en 1928 est l’une des expressions la plus achevée de cette longue passion amoureuse profonde et exaltée. « e paysage musical que nous fait traverser Janacek est un paysage accidenté, avec ses cimes inaccessibles et ses gouffres profonds : c’est au sens propre un paysage sublime. » (Bernard Fournier) 

Quatre mouvements :
– Andante
– Adagio
– Moderato
– Allegro

 

Brahms (1833-1897)
Quatuor Op 51  N° 1 

Enfant prodige lui aussi, Brahms dut longtemps se faire pianiste  de cabaret avant qu’il ne rencontre le couple Schumann qui très vite salua en  Brahms « un nouveau  messie de l’art ».

Trop intimidé par l’ombre de Beethoven, Brahms, après avoir écrit deux quatuors alors qu’il n’avait pas trente ans, mit près de vingt ans à écrire le troisième, amorcé en 1853, mais achevé  seulement et interprété la première fois qu’en 1873 devant Clara Schumann.

Quatre mouvements :
– Allegro
– Romanze (poco adagio)
– Allegro molto moderato e comodo
– Allegro alla breve